Après un exercice 2018 particulièrement difficile, les marchés obligataires se trouvent aujourd'hui face à un début d'année moins défavorable. " Il existe actuellement plusieurs facteurs en conflit sur les marchés obligataires, souligne Stéphane Fertat, spécialiste des marchés obligataires chez T.Rowe Price. D'un côté, le ralentissement de la croissance économique globale a augmenté l'appétit pour les emprunts obligataires gouvernementaux. Plus particulièrement, la politique plus attentiste des banques centrales a renforcé l'intérêt sur les parties courtes de la courbe de taux. D'un autre côté, la diminution de la taille du bilan des banques centrales a entraîné une diminution de la liquidité, avec des conséquences négatives pour les classes d'actifs les plus risquées, comme la dette d'entreprise ou la dette émergente. "
...